Vous êtes ici

Et si l’ergothérapeute intégrait les équipes de diabétologie

07/02/2018 - 17:06

Rubrique : Vécu et perception
Auteur : Helen Mosnier Pudar

"Un programme d'ergothérapie a amélioré l’équilibre glycémique et la qualité de vie de jeunes adultes diabétiques en situation précaire."


Contexte

Les jeunes adultes vivant avec une maladie chronique, ici le diabète, sont confrontés à des défis bien spécifiques liés, entre autres, à leur comportement en santé, le contrôle du diabète et un accès réduit aux soins et aux professionnels de santé. Ces obstacles au bon suivi sont encore amplifiés lorsqu’ils se trouvent en situation de précarité (moyens financiers limités, stress important lié aux difficultés du quotidien).

Se maintenir en bon état de santé et prévenir la survenue des complications liées au diabète passent par les capacités des patients à développer les auto-soins (par exemple : alimentation équilibrée, autosurveillance, adhésion au traitement médicamenteux). Ces activités sont, souvent, considérées comme pesantes, et les maintenir dans le temps est un véritable défi pour beaucoup de personnes.

L’ergothérapie (occupational therapy) est une méthode de rééducation et de réadaptation sociale par l'activité physique, spécialement le travail manuel. Elle permet l’intégration d’occupations liées à l’autogestion dans la routine quotidienne afin de réduire les impacts de sa maladie sur sa santé et d’améliorer son fonctionnement, sa qualité de vie et sa santé. Le rôle de l’ergothérapeute est d’habiliter les patients à réaliser des changements dans le quotidien afin d’intégrer ces nouvelles occupations dans l’horaire. Les ergothérapeutes visent à permettre à la personne de s’engager selon son plein potentiel dans ses occupations quotidiennes. En ce sens, ils habilitent la personne à s’engager dans des occupations contribuant à sa santé, sa qualité de vie et son bien-être

De plus en plus de données sont disponibles sur l’intérêt d’une approche par ergothérapie, venant compléter l’offre de soin, dans les maladies chroniques. Alors, les interventions réalisées par les ergothérapeutes cherchent plus spécifiquement à habiliter les personnes atteintes d’une maladie chronique à réaliser des occupations permettant l’autogestion de leur maladie. Dans le diabète, on pense que c’est par le biais d'activités quotidiennes (soins personnels, travail, loisirs) que le patient améliorera son contrôle glycémique et son bien-être général.


Etude

L’étude « REAL Diabetes » pour Resilient, Empowered, Active Living with Diabetes, cherche à démontrer l’efficacité d’un programme d’ergothérapie axé sur les habitudes, les activités et les objectifs des jeunes adultes, à faible statut socioéconomique ou de minorités ethniques, dans la prise en charge de leur maladie.

Elle concerne de 80 jeunes adultes (âge moyen de 22,6 ± 3,5 ans) diabétiques de type 1 (75 % des inclus) ou de type 2, avec un faible niveau socio-économique et un déséquilibre important du diabète (HbA1c 10,8 ± 1,9 %). Ils sont répartis, par randomisation, en deux groupes, un groupe intervention qui bénéficie du programme d’ergothérapie, et un groupe contrôle qui est suivi par téléphone (11 contacts téléphoniques de suivi en 6 mois) après avoir reçu du matériel pédagogique standard au cours d’une visite à domicile.

L’intervention consiste, après un bilan initial des besoins, d’une intervention en 10 séances sur une période de 6 mois, qui suit un plan personnalisé en fonction des objectifs identifiés. Le programme est constitué de 7 modules qui servent de base à l’établissement du programme personnalisé. Ces 7 modules s'intitulent :

  • évaluation et identification des objectifs
  • apprendre à vivre avec le diabète
  • recours aux soins et défense de ses droits
  • comportements bénéfiques pour la santé
  • support social
  • gestion des émotions et bien-être
  • santé à long terme

Les séances sont le plus souvent individuelles, mais des membres de la famille peuvent être invités à participer si utile. Un endocrinologue et un travailleur social peuvent intervenir si besoin.

Le critère principal de l’étude est le taux de HbA1c mesuré avant et à la fin de l’intervention. Les critères secondaires incluent les auto-soins au diabète, la qualité de vie, les difficultés occasionnées par le diabète, la perception de l’état de santé, la dépression


Résultats

Les patients du groupe intervention ont vu leur équilibre glycémique s’améliorer de façon significative HbA1c (-0.57% vs. +0.36%, P = 0.01) ; ont aussi été améliorés la qualité de vie liée au diabète (+0.7 vs. +0.15, P = 0.04), la réalisation de l’autosurveillance glycémique (+3.9 vs. +1.7, P = 0.05), en comparaison avec le groupe contrôle.

L’amélioration de l’équilibre glycémique se voit principalement dans le DT1 où l’HbA1c diminue de 0,84%/ (contre -0.03% dans le groupe contrôle) ; alors que dans le DT2 le taux de HbA1c augmente dans les 2 groupes, bien que beaucoup moins dans le groupe intervention (+0,2%) que contrôle (+1,58 %).


Commentaires

Cette étude est la première qui démonte un bénéfice de l’ergothérapie dans le domaine du diabète.

Dans cette population particulièrement difficile à mobiliser pour ses soins, l’étude montre une amélioration significative de l’équilibre glycémique, surtout dans le DT1, et aussi de la qualité de vie.

L’échantillon assez faible de l’étude ne permet pas d’expliquer les différences d’équilibre glycémique obtenu dans le DT1 et le DT2. Probablement qu’une intervention mieux ciblée sur les besoins spécifiques du DT2 pourrait avoir plus d’impact.

Pour les mêmes raisons, il n’a pas été possible d’évaluer les mécanismes sous-jacents qui font l’efficacité de « REAL ». L’hypothèse avancée par les auteurs est qu'en adoptant des habitudes et des routines plus saines, on optimise sa qualité de vie.

Cette démonstration de l’efficacité de l'ergothérapie chez ce groupe de patients particulièrement vulnérable, est un appel à développer ce genre d’intervention et réfléchir à la place des ergothérapeutes dans les équipes de soins spécialisées en diabétologie.
 


Références

Pyatak EA et al. Occupational therapy intervention improves glycemic control and quality of life among young adults with diabetes: the resilient, empowered, active living with diabetes (REAL diabetes) randomized controlled trial.
Diabetes 41 Care – 2018, 41 -published online January 19, 2018

Lien vers l'article

https://doi.org/10.2337/dc17-1634

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.
Pour des raisons de copyright, l’accès à certains articles peut être soumis à un acte d’achat ou réservé aux abonnés du site hébergeant cet article.

Mots clés : Ergothérapie, Auto-gestion, Qualité de vie, Equilibre glycémique

Accéder au site : http://diabeteanalytics.fr


Avec le soutien institutionnel du laboratoire Sanofi